AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Césium ~ Loup des glaces

Aller en bas 
AuteurMessage
Césium
Esclave - Pour leur servir...
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/06/2011

Empreinte
Race: Métamorphe
Rang: Esclave
Relations:

MessageSujet: Césium ~ Loup des glaces   Mer 15 Juin - 1:45

Bien que ça ne face aucune différence pour lui, Césium était sous forme humaine quand il pénétra dans l'auberge. Il n'y était pas rentré par envie, mais il pleuvait bien trop pour pouvoir distinguer quoi que ce soit à moins de cinq mètres et il n'avait jamais vraiment apprécié la pluie. Il avait pu distinguer la faible lueur de l'auberge à travers celle-ci et s'y était dirigé instinctivement à la recherche d'un abri où être au sec.

En s'approchant il avait pu se rendre compte de l'aspect extérieur qui donnait bien plus l'impression d'un bâtiment à l'abandon, les murs étaient terreux et défraichis, certain endroit semblait creusé comme si quelqu'un avait tenté de détruire le bâtiment avec une truelle. Les portes et les volets semblaient mal arrangés dans leurs gonds et comme les murs, ces derniers avaient bien trop subit le temps pour qu'on puisse considérer qu'il remplissaient encore leurs offices. Mais il n'avait pas vraiment d'autre choix.

Quelques têtes se retournèrent sur lui, un air mécontent de voir qu'un inconnu osait encore franchir le seuil de la bâtisse. Toutefois personne n'osa dire un mot pour le chasser, Césium était un homme assez grand avec un bon mètre quatre-vingt-trois et une musculature fine, mais rêche, nerveuse. Le genre d'homme qu'on aborde avec prudence, mais bien plus que son physique c'était sûrement l'éclat sauvage dans ses yeux bleus mercure qui retenait les habitués de dire quoi que ce soit à cette intrusion.

Il se dirigea lentement vers le comptoir - qui servait autant d'accueil que de bar - ne s'occupant pas des trois, quatre habitués qui continuaient de le fixer avec méfiance, assis à leurs tables. Il n'avait pas d'argent sur lui, mais ça n'avait aucune importance, il obtiendrait ce qu'il était venu chercher, qu'importe s'il devait utiliser la force.


« - Un verre de vodka pur. » Fit-il la voix grondante, roque.

Le tavernier recula brusquement, pas à cause de la voix, ni même de l’apparence de l’homme. Non, il avait seulement eu pendant quelque seconde l’impression d’être face à une bête sauvage et dangereuse.

Sortant un verre et la dite bouteille, il se rationalisa. L’étranger était clairement un homme fort et peut-être que son regard avait quelque chose d’un peut dérangeant, mais il était clairement humain. Aucune difformité, aucune protubérance étrange et impropre à l’être humain. Il pouvait deviner que sa fille, qui s’occupait de la partie hôtellerie pourrais être séduite.

En effet, son vis-à-vis avait un visage fin et agréable à regarder - encore une fois si on oubliais ce regard. Ses cheveux étaient lisses, noirs aux reflets bleus nuits, ils lui encadraient doucement le visage le rendant plus doux que l'homme devait être. Sa peau était blanche, laiteuse assez pâle en-faite mais rien de maladif. Des lèvres pleines, mais à peine plus colorées que sa peau. Il était un être humain, il n'avait pas besoin de s'inquiéter de servir une de ces... chose.

Césium but cul sec son verre appréciant la chaleur, la brulure que lui procurer l'alcool descendant le long de son palais. Calmement il reposa son verre et exigea qu'on lui donne une chambre.


« - Ossia, un client pour toi. » Appela-t-il sa fille, se retournant sur Césium il lui indiqua. « Vous pouvez l’attendre en haut, elle vous indiquera la chambre et ce qu’il faut savoir. » Finit-il pressé de se débarrasser de l’étranger.

Acquiesçant il quitta le comptoir pour gagner les escaliers. Ses pas était rapide et léger, on ne pouvait pas entendre les planches du parqués grincer comme elles le faisaient habituellement. Une fois qu'il eut quitté la partie « bar » de l'auberge, les habitués se détendirent de nouveau pour retourner à leurs boissons.

Montant doucement les escaliers, Césium se força au calme. L'hostilité claire des personnes présentes au bar, mettait ces nerfs à rude épreuve. Il avait perdu l'habitude de traiter avec les gens, préférant de loin la solitude. Il n'aimait pas les gens, ils n'avaient jamais été bon ou même tendre avec lui. Instinctivement il se sentait le besoin de tous les détruire de faire couler leurs sangs, de voir leurs chairs écartelées. De la colère ou de la peur, il ne savait pas ce qu'il ressentait à leur approche. Il ne comprenait pas bien les émotions. Pas alors qu'il avait toujours agis de façon instinctive, les sentiments semblaient être juste des choses étranges et dangereuse.

Mais laisser parler son comportement emporté et quelque-peut volcanique n'apporterait que des ennuis, son instinct l'incitait à rester calme et ce même si c'était dur pour lui. Une fois arrivé en haut de l'escalier il ne pouvait qu'espérer que la fille « Ossia » mettrais suffisamment de temps à venir pour qu'il soit de nouveaux serein ou bien que cette dernière soit clairement moins hostile à son encontre. Cette rencontre se passerais sûrement mieux, son ego le supporterait mieux, il était assez fier et assez arrogant en quelque sorte. Il connaissait sa puissance et savait que la plupart des gens étaient plus faibles que lui, qu'ils avaient instinctivement peur de lui.

La seule bonne nouvelle de la soirée était que personne n'avait cherché à le contrarier. C'était la seule chose contre laquelle il ne pouvait pas rester impassible, ou même faire semblant de l'être. Le contrarier était comme signer son arrêt de mort ou tous du moins signer l'arrêt de sa santé physique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*- Ran Rei -*
Maître Monde - Je suis la terre, le ciel, et toutes les tempêtes...
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Césium ~ Loup des glaces   Ven 17 Juin - 12:55

Brise qui caresse son visage...

Inexistante en soi, comparée à cet être,
Qui non content d'une forme,
Peut au choix être l'homme
Ou l'Animal qu'il sait mettre

A sa place s'il n'est sage...



*

L'ombre gracile se profile, se frotte, se laisse enlacer tout contre le mur éclairé par les lampes de l'endroit miteux qui ne parvient à retenir les odeurs de moisi et de renfermé. L'auberge a beau porter à bout de ses murs fatigués le vieux toit qui menace de s'effondrer à tout instant, elle n'en garde pas moins en son sein cette douce créature aux aspects de mythe intouchable qui laisse aux ondées dorées de la lumière le soin de la caresser de part et d'autre de son corps léger.
Tandis que son ombre, servile jusqu'à imiter le moindre mouvement de ses cheveux doux et soyeux, elle monte les marches de l'escalier, qui la mène vers le voyageur à l'aspect de loup solitaire, telle la tendre brebis prête à la mort qui se presse pour elle. Arrivant à sa hauteur, elle n'ose parler, elle sourit, baisse les yeux, cherche ses clés.

D'un bref "bonjour" fruité qui s'échappe de ses lèvres à croquer, elle salue l'étranger sur qui, par pudeur sans doute, ou par crainte de voir son coeur enfermé dans une cage d'or, elle ne pose un regard. Cela restera sa seule parole pour l'homme qu'elle a si peur de voir, non parce qu'il émane de lui cette aura qui faisait taire les clients en bas, mais parce qu'elle est prisonnière de l'endroit que tient son père et qu'elle ne peut risquer de s'amouracher d'un passant. Sans montrer d'irrespect à son encontre, elle convie le nouveau venu à la suivre dans le couloirs étroit et aux murs fendillés, jusqu'à la porte derrière laquelle elle le laissera dormir...
Elle sort la clé de cette chambre, l'insère dans la serrure, la tourne, faisant alors cliqueter le verrou, ouvre la porte et laisse l'espace suffisant à l'homme de passer, tête en avant, mains jointes. Sage.


**

Spoiler:
 

_________________

Celui qui défie son prochain... Défie les Dieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ran-rei.forumactif.org
Césium
Esclave - Pour leur servir...
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/06/2011

Empreinte
Race: Métamorphe
Rang: Esclave
Relations:

MessageSujet: Re: Césium ~ Loup des glaces   Sam 18 Juin - 9:39

Après quelque minutes il entendit les escaliers grincé, accordant un regard en arrière il y vit une jeune fille qui venait à lui, c’elle qui devait lui montré sa chambre. Il ne lui accorda pas beaucoup d’attention, du moins pas plus qu’elle-même avec son « bonjour » et son pauvre sourire elle avait cherché ses clés puis avait tous fait pour éviter son regard. Elle n’avait pas non plus repris la parole jusqu'à lui présenter une chambre, le laissant entré en premier et attendant bien sagement.

Il lui accorda une grimace, vraiment il n’aimait pas les humains… ou peut-être en tant que repas, se fit-il la remarque. La chambre n’était pas un model de propreté, sans être sale non plus. Juste un mobilier et des tentures bien trop abimer par le temps et une puissante odeur de renfermer. Mais il n’allait pas s’en plaindre, ce n’est pas comme s’il contait payer. Il avait faim aussi, mais il ne demanderait pas de la nourriture ici. Il chassait sa nourriture et la mangeai cru, encore chaude et gorger de sang.


« - Tu compte rester la longtemps ! »

Grogna-t-il en s’approchant de la porte, la referment – assez violement – sur la jeune femme.

S’installant sur le lit il se demanda si tous ça n’étaient pas trop étranges. Il avait un très vague souvenir que lui aussi avait vécu avec une famille, un père et une mère, peut-être un frère ou une sœur. C’était beaucoup trop flou pour qu’il s’en souvienne encore avec précision. Il supposait que lui aussi aurait eu une vie comme cette fille de l’aubergiste s’il avait encore une famille.

Il ne serait pas une espèce de paria pour les hommes. Sans cesse en mouvement, chassant comme un sauvage pour se nourrir et vivre, fuyant les populations et les hommes. Mais chaque fois qu’il essayer d’être parmis les hommes les choses se passait mal. Il était toujours méfiant ou même méprisant vis-à-vis de lui et la plupart d’entre eux suinter de peur à son approche. Mais lui aussi n’y parvenait pas.

Il était beaucoup trop emporter pour vivre dans une communauté et aussi… il n’arrivait pas à faire confiance aux hommes. S’il n’avait plus de souvenir clair de sa vie avec sa famille, de sa famille elle-même, les souvenir de leurs morts de comment il s’était retrouver seul était encore frais dans sa tête. Il était encore jeune quand c’était arriver, il savait à peine parler correctement et les plus âgé lui donnais encore beaucoup d’attention.

Mais ce soir la, alors que tous devait être endormis seulement depuis quelque heures, des hommes était rentré. Il se souvenait du bruit, des objets et meubles casser violement contre les murs, contre sa famille. Il y avait aussi les cris – de peurs, de douleurs – des supplications pour qu’il arrête, qu’il n’avait pas mérité ça. Lui, il était bien cacher derrière la porte de sa chambre, la peur au ventre si puissante qu’elle en devenait douloureuse. Les hommes eux n’arrêtais pas de hurler, des choses horribles – mais il ne parvenait plus à se souvenir des paroles exactes. Finalement après quelque heure où était-ce des minutes, les hurlements de douleur avaient cessé.

Il se souvenait que de l’eau avait coulé sur ses joues, la peur toujours présente, mais l’angoisse de ne pas savoir ce qui venait de se produire venait s’ajouter à son calvaire. Il avait entendu les pas des hommes ce déplaçant dans la maison, cherchant il ne savait quoi, il avait sentit la panique le gagné quand il avait entendis les pas se diriger vers sa portes, et après c’être ordonné plusieurs de ne pas rester immobile, de faire quelque chose il était parvenu à bouger, se cachant rapidement tous au fonds de son armoire, se tapissant des ses affaires mal ranger.

Puis ils étaient partis, mais il n’avait pas osé bouger de toute la nuit. Les yeux grand ouvert, les larmes coulant sur ses joues, le cœur battant à tous rompre, la frayeur encore bien présente dans sa cher et dans le pantalon qu’il n’avait pas encore conscience d’avoir souillé et dont il n’aurait probablement jamais conscience. Puis quand le jours avait traversé la pièce de ses rayons, le corps tremblant, il était sorti de son abris. Lentement, faisant le moins de bruis possible, restant plusieurs minutes immobiles devant la porte de sa chambres et ne sachant pas s’il devait ou non en franchir le seuil.

Tous étaient devenus flou après ça. Il y avait beaucoup de sang – sur le sol, sur les murs, les objets briser – l’odeur était horrible, lui donnant l’envie de vomir se souvient-il. Maintenant cette odeur l’affamais et lui tordais les ventres d’attente et d’envie. Mais à l’époque,… puis il y avait les yeux, grand ouvert écarquiller dans l’horreur, terne dans la mort.

Et il ne se souvenait plus. Il savait juste qu’après ça il n’avait jamais cessé de partir plus loins encore et encore, chassant pour vivres, se cachant des hommes et s’éloignant toujours un peut plus d’eux au fur et à mesure que le temps passait.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ce matin la, un regard extérieure aurait vue un tous jeunes enfant sortir de sa chambre, pâle comme un mort, le corps tremblant tellement qu’il était étonnant qu’il se tienne encore debout, les yeux rouge d’avoir trop pleuré était écarquiller par la peur et cerner de noir d’avoir veillé si longtemps, maintenant éveillé par cette dernière.

Vous l’auriez vu se déplacer dans la pièce en ruines, observer le sang poisseux et noir qui semblait s’être attaché partout ou il pouvait poser son regard. Puis il avait vu les corps, il ne semblait toujours pas comprendre ce qui se passait et observait les visages et corps étranger, ses tremblement était devenu plus fort et il avait trébuché plusieurs fois alors qu’il s’approchait de la femme nue et lacéré de toute part qui était morte depuis longtemps.

Puis il avait compris et ces yeux c’était écarquiller encore d’avantage, son petit corps s’était entièrement crispé et il avait hurlé à sa maman de se réveiller. Mais comme rien n’arrivait, ses yeux s’écarquillant toujours plus avait fini par laisser échapper du sang et son corps s’était secouer de spasme alors qu’il hurlait de douleur, une douleur qui lui brisait le cœur. Tombant au sol, ne se rendant sûrement plus que compte de tous ce qui pouvait se passer autours de lui ou en lui, son corps craqua violement, son corps s’arqueboutant encore et encore, doucement une douce fourrure courut son corps, une fourrure dru et noir qui déchirait ses vêtements.

Finalement de l’enfant ne restais plus qu’un louveteau qui effrayé par la réalité courue sûrement le plus rapidement qu’il put à l’extérieure et ne s’arrêta pas de courir, il ne s’arrêta jamais de courir.

En suivant cette enfant, se loup, on aurait pus le voir changé, passant d’une forme à une autre sans se rendre compte de ce qu’il se produisait. Comme si être bipède ou quadrupède était pareille, comme si ses mains n’était pas plus habile à la manipulation des choses que ses pattes. Qu’il soit sous forme humaine ou loup, vous aviez l’impression d’être face à une bête et se sentiments se renforçait de jours en jours, de moi en moi et d’année en année.

Il avait sûrement fini par oublier qu’il avait été un homme, mais ne savait pas non plus qu’il était loup. Il avait sûrement oublié comment parler et communiquer avec les autres hommes, il avait oublié que les hommes se vêtissait pour paraitre devant leurs semblable.

C’est sans doute pourquoi, à peut-près à ses dix ans Césium fut arrêté nu dans les rue d’une ville cherchant dans les poubelles de quoi se nourrir. Cela dit ils avaient vite compris ce qu'était l'enfant car lorsqu’ils l’avaient approchés il était devenu loup en quelque seconde, grognant pour les maintenir à distance, ses crocs claquaient dans l’aire pour les menacer d’avantage. Mais ils avaient réussit à l’immobilisé et Césium était devenu un esclave. Et même si les hommes avaient pu lui réapprendre le langage humains, même s’ils avaient réussit à lui inculqué certaines notions comme se vêtir lorsqu’il était homme… et bien il était resté sauvage, brut.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Il se réveilla en sursaut sur le lit de l’auberge n’ayant pas eu conscience de s’être endormis. Un rapide coup d’œil à la fenêtre lui appris qu’il ne pleuvait plus et que le jour n’allais pas tarder. Rapidement il se mit sur ses pattes et ayant conscience qu’il devait partir vite avant de s’attirer des problèmes, il prit son élan et brisa la fenêtre atterrissant sur le sol boueux devant l’édifice. Il se mit à courir jusqu'à la forêt qu’il pouvait observer au loin.

Il fallait qu’il parte rapidement avant que son « maître » le retrouve, il ne supportait pas d’être enfermer, n’y même l’idée d’appartenir à quelqu’un. C’était lui qui contrôler sa destiné. Il quitterais les terre d'Himdossa le plus rapidement que ses pattes lui permettrais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*- Ran Rei -*
Maître Monde - Je suis la terre, le ciel, et toutes les tempêtes...
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Césium ~ Loup des glaces   Dim 19 Juin - 9:50

Une larme a-t-elle coulé

Par cet oeil qui a tout vu,
Sur cette joue balafrée
Par les Heures ou

Par cette vie d'homme-animal ?


*

Tandis que la vitre se brise en mille éclats scintillants, et que le corps tombe sans lourdeur sur un sol peu commode, la nuit passée dans la chambre s'évapore lentement, avec les odeurs de sommeil volatiles de la jeune créature qui s'enfuie.

Derrière la porte, la jeune fille n'a pas bougé. Et elle a fait semblant de ne pas entendre le bruit fracassant pour laisser au jeune homme le temps de s'enfuir avant de prévenir son père que l'inconnu est parti non seulement sans payer, mais en plus en brisant une vitre. Elle sourit.
Le passé est derrière, à lui le futur.


**

Spoiler:
 

_________________

Celui qui défie son prochain... Défie les Dieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ran-rei.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Césium ~ Loup des glaces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Césium ~ Loup des glaces
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» Kit de loup
» La Galerie Des Glaces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nous sommes... :: Nés en Rei Ran-
Sauter vers: